Aborder la sécurité solaire dans le contexte du travail au Canada

CAREX Canada a déterminé que le rayonnement solaire (rayons de longueur d’ondes variant entre 100 et 400 nanomètres sur le spectre électromagnétique) était une question prioritaire pour ce qui est de la réduction des expositions dans les milieux de travail canadiens, parce qu’environ 1,5 million de Canadiens sont exposés au soleil dans leur lieu de travail.[1] L’exposition au soleil est un danger qui peut causer le cancer de la peau, le stress thermique et d’autres problèmes de santé graves qui peuvent tous être évités. Les personnes qui travaillent à l’extérieur sont 2,5 à 3,5 fois plus susceptibles d’avoir un cancer de la peau que celles qui travaillent à l’intérieur.[2] Les résultats du projet Fardeau du cancer professionnel indiquent qu’environ 4 600 cancers de la peau autres que le mélanome sont attribuables au rayonnement solaire en milieu de travail chaque année, ce qui représente 6,3 % des cas de cancers de la peau de type non-mélanome diagnostiqués annuellement.[3]

Projet de sécurité solaire au travail (« Sun Safety At Work Canada »

Pour aborder le problème d’exposition au soleil, CAREX Canada a forgé un partenariat relativement au projet « Sun Safety at Work Canada » (SSAWC), un programme conçu pour les travailleurs en plein air et dans le cadre duquel on a élaboré des processus et des ressources visant à rehausser la sécurité au soleil dans les milieux de travail. Les estimations de CAREX sur l’exposition ont été utilisées pour déterminer les lieux de travail prioritaires pour le projet SSAWC. Ce dernier était dirigé par Thomas Tenkate, professeur adjoint à l’École de santé au travail et de santé publique de  l’Université Ryerson à Toronto et faisait intervenir une série de partenaires de partout au pays. Le financement a été fourni par le Partenariat canadien contre le cancer par l’entremise de son programme Connaissances et action liées pour une meilleure prévention (COALITION).

Dans la première phase du projet SSAWC, l’équipe a retenu 17 lieux de travail en Colombie-Britannique, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et en Ontario pour servir de sites pilotes pour des interventions en sécurité solaire. La seconde phase du projet consistait à mobiliser les intervenants et à élaborer une série de ressources – affiches, feuilles de renseignements, guides, etc. – conçues pour aider les milieux de travail à rehausser la sécurité scolaire. L’équipe de projet a aussi créé le site Web – sunsafetyatwork.ca – pour accueillir ces ressources et aider les employeurs à réduire l’exposition aux rayons ultraviolets solaires pour leurs employés. Le site Web du projet SSAWC offre également une série de vidéos (voir ci-dessous) créées en collaboration avec WorkSafeBC qui illustrent les dangers de l’exposition au soleil et du stress thermique et décrivent ce que les travailleurs et les employeurs peuvent faire pour les prévenir.

Groupe de travail du projet « Sun Safety at Work Canada »

Depuis que le projet SSAWC a pris fin en 2016, CAREX Canada a poursuivi sur sa lancée en établissant un groupe de travail composé de membres de partout au Canada. Le groupe de travail SSAWC réunit des chercheurs, des décideurs et des praticiens (dont des spécialistes du domaine médical et de la santé et de la sécurité) et fournit une plateforme pour une collaboration et un réseautage à l’échelle nationale. Essentiellement, le groupe de travail préconisera l’adoption de politiques et de règlements plus robustes en matière de sécurité solaire au Canada et déploiera des efforts pour améliorer la protection solaire pour les personnes qui travaillent à l’extérieur. Pour y parvenir, CAREX s’emploiera à faciliter l’échange de connaissances, d’expertise et d’outils, et à fournir des données probantes qui aideront à mieux comprendre l’exposition au soleil dans les lieux de travail.

Le groupe de travail se réunit au moins trois fois par année, et les membres discutent d’approches visant à influencer et à informer les politiques en vue de protéger les travailleurs en plein air et de réduire l’exposition aux rayons ultraviolets solaires. De concert avec divers membres du groupe de travail, nous avons préparé une série de demandes de subventions pour appuyer et financer nos efforts continus.

Pour en savoir plus sur le groupe de travail ou pour proposer une collaboration potentielle, veuillez communiquer avec nous à info@carexcanada.ca.

Membres du groupe de travail
  • Nicole Braun, praticienne en promotion de la santé de la population, Saskatchewan Cancer Agency (SCA)
  • Tracy Burgess, conseillère en sécurité solaire, Sun Safe Nova Scotia (SSNS)
  • Chantal Courchesne, directrice générale, Association canadienne de dermatologie (ACD)
  • Jennifer Dyck, consultant en prévention, Services de soutien, Sain et sauf au travail (Manitoba)
  • Lindsay Forsman-Phillips, gestionnaire de projet, CAREX Canada
  • Dr Peter Green, président, Sun Safe Nova Scotia (SSNS)
  • Elizabeth Holmes, analyste en politiques de santé, Société canadienne du cancer (SCC)
  • Dre Linn Holness, directrice, Centre for Research Expertise in Occupational Disease (CREOD)
  • Dr Sunil Kalia, professeur adjoint, Université de la Colombie-Britannique
  • Brenda Marsh, conseillère principale en santé et sécurité au travail, inf. aut., Sun Safe Nova Scotia (SSNS) et Occupational Health Nurses Association Nova Scotia (OHNANS)
  • Colin Murray, gestionnaire principal, WorkSafe BC (WSBC)
  • Alison Palmer, directrice générale, CAREX Canada
  • Dre Cheryl Peters, cochercheure principale, CAREX Canada 
  • Judy Purcell, prévention du cancer, Sun Safe Nova Scotia (SSNS), Cancer Care Nova Scotia (CCNS)
  • Steve Quantz, santé populationnelle, publique et autochtone, Alberta Health Services (AHS)
  • Dr Peter Strahlendorf, professeur agrégé, Université Ryerson (École de santé au travail et de santé publique)
  • Thomas Tenkate, professeur agrégé et directeur, Université Ryerson (École de santé au travail et de santé publique)

Nouveau projet sur l’exposition au soleil chez les travailleurs en plein air : mesure et surveillance

Le cancer de la peau est un des seuls types de tumeurs malignes dont l’incidence est à la hausse au Canada; il est causé principalement par l’exposition au rayonnement solaire, ce qui est en grande partie évitable.[4] Les personnes qui travaillent à l’extérieur sont particulièrement à risque d’être fortement exposées aux rayons ultraviolets solaires.[5] Les récents résultats du projet Fardeau du cancer professionnel indiquent que près de 5 000 cancers de type non-mélanome par année au Canada sont attribuables à l’exposition des travailleurs en plein air au soleil.[1] Malgré cela, la plupart des provinces n’ont aucune mesure disponible sur l’exposition en milieu de travail pour quantifier ce danger.  Afin de rectifier cette lacune, CAREX Canada, de concert avec des partenaires du groupe de travail et grâce à un financement de soutien du ministère du Travail de l’Alberta, a lancé un projet visant à déterminer :

  1. Quels sont les niveaux habituels d’exposition aux rayons solaires dans une journée de travail complète pour les travailleurs en plein air en Alberta?
  2. Quelles sont les meilleures pratiques pour créer un système de surveillance de l’exposition au soleil et du cancer de la peau pour les travailleurs en plein air en Alberta?

Pour répondre à la première question, nous commencerons par recruter des lieux de travail en Alberta qui ont d’importantes populations de travailleurs en plein air pour participer à un échantillonnage d’exposition aux rayons ultraviolets solaires.

Les deux autres études canadiennes où on a recueilli des mesures d’exposition individuelles aux rayons ultraviolets solaires ont révélé que le niveau d’exposition est beaucoup trop élevé au pays.[6] Bien qu’aucune limite d’exposition n’ait été établie pour les milieux de travail au Canada, quand nous comparons les données mesurées aux limites en vigueur dans d’autres pays, les niveaux d’exposition sont habituellement au moins deux fois plus élevés (dans le cas de la Colombie-Britannique) ou jusqu’à près de dix fois plus élevés (dans le cas de l’Ontario). À notre connaissance, aucune surveillance du genre n’a été effectuée en Alberta, malgré le fait que les niveaux de rayonnement ultraviolet ambiant dans cette province sont parmi les plus élevés au pays et que plus de 200 000 travailleurs en plein air risquent d’y être exposés.[7] La collecte de mesures d’exposition individuelles pour les travailleurs de l’Alberta nous fournira une référence pour évaluer l’efficacité des interventions visant à réduire l’exposition.  Cela fournira également des données locales aux fins de comparaison avec le reste du Canada.

Pour répondre à la deuxième question, nous procéderons à une analyse de l’environnement en vue de recueillir des renseignements sur la surveillance des travailleurs en plein air, non seulement en ce qui a trait aux effets de l’exposition au soleil sur leur santé, mais aussi en ce qui concerne leur état de santé global. La plupart des personnes qui travaillent à l’extérieur en Alberta œuvrent dans l’industrie de la construction et de l’exploitation agricole et sont exposées à une variété de dangers simultanés en matière de santé (agents cancérogènes et autres). Dans le cadre de ce projet, on délimitera un champ d’application et on élaborera un plan de mise en œuvre pour la province en vue de surveiller l’exposition et la santé de cette population active vulnérable. Nous mettrons l’accent sur le cancer de la peau comme étant le principal danger, mais le système de surveillance que nous recommandons pourrait être appliqué à d’autres dangers et à d’autres provinces à l’avenir.

Références et autres ressources

Sources

2. Radespiel-Tröger, M., Meyer, M., Pfahlberg, A. et al. Outdoor work and skin cancer incidence: a registry-based study in Bavaria. Int Arch Occup Environ Health (2009) 82: 357.
3. Occupational Cancer Research Centre and CAREX Canada. Burden of Occupational Cancer Study: Solar Radiation fact sheet. (2017)
5. Glanz K, Buller DB, Saraiya M. Reducing ultraviolet radiation exposure among outdoor workers: state of the evidence and recommendations. Environ.Health (2007). 6: 22.
6. Peters CE, Nicol A-M, Demers PA. Prevalence of exposure to solar ultraviolet radiation (UVR) on the job in Canada. Can J Public Heal (2012) 103(3).
7. Glanz K, Yaroch AL, Dancel M, Saraiya M, Crane LA, Buller DB, et al. Measures of sun exposure and sun protection practices for behavioral and epidemiologic research. Arch.Dermatol. (2008) 144: 217–22.







Collaborateurs

Abonnez-vous à nos bulletins

L’équipe CAREX Canada offre deux bulletins réguliers: le Bulletin électronique semestriel résumant les informations sur nos prochains webinaires, les nouvelles publications et mises à jour des estimations et des outils; et le Bulletin des actualités cancérogènes, un condensé mensuel des articles de presse, des rapports gouvernementaux, et de la littérature académique relative aux substances cancérigènes que nous avons classé comme important pour la surveillance au Canada. Inscrivez-vous à un de ces bulletins, ou les deux, ci-dessous.

CAREX Canada

Faculty of Health Sciences

Simon Fraser University
Harbour Centre Campus
2602 – 515 rue Hastings Ouest
Vancouver, C.-B. V6B 5K3
CANADA

© 2019 CAREX Canada