RAYONNEMENT – AGENT CANCÉROGÈNE (IARC 1)

IARC Monograph Vol. 55, 1992 (Group 1)
IARC Monograph Vol 100D, 2012 (Group 1)

Rayonnement Solaire

Renseignements généraux

Le rayonnement solaire comprend la majorité du spectre électromagnétique,[1] y compris le rayonnement ionisant «rayons cosmiques, rayons gamma et rayons X», le rayonnement optique «rayons ultraviolets, rayons lumineux et infrarouge» et le rayonnement de radiofréquences.[2] Les longueurs d’onde comprises entre 100 et 400 nm dans la bande optique sont connues comme étant des rayons ultraviolets (UV) à large spectre que les plantes utilisent dans la photosynthèse et les humains dans la synthèse de la vitamine D.[1] Ces longueurs d’onde peuvent aussi être nuisibles aux êtres vivants.[1] Les trois composantes des UV sont : UV-A (315-400 nm), UV-B (280-315 nm) et UV-C (100-280 nm).[1,2]

Les rayons ultraviolets sont produits par une variété de sources de lumière naturelle et artificielle.[3] La source naturelle principale d’exposition aux rayons ultraviolets est le soleil. Environ 95 p. cent de la lumière du soleil atteignant la surface de la terre sont des UV-A et cinq p. cent sont des UV-B.[1,2] C’est l’atmosphère qui enlève les rayons UV-C du soleil.[4] Les degrés d’exposition aux rayons ultraviolets provenant du soleil pour la population générale varient selon les conditions géographiques, saisonnières, le moment de la journée et la météorologie,[4] ainsi que selon le temps passé à l’extérieur et la surface de la peau exposée.[4]

Au cours du siècle dernier, des sources artificielles de rayons ultraviolets ont contribué encore davantage aux degrés d’exposition pendant certaines activités professionnelles ou récréatives.[5] Pour obtenir davantage de renseignements sur ces sources d’exposition, veuillez consulter Rayons ultraviolets artificiels.

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé le rayonnement solaire comme cancérogène du groupe 1 pour l’homme (3), présentant un lien bien établi avec le cancer de la peau «mélanome malin cutané et cancer de la peau non mélanocytaire».[1] Des études supplémentaires ont trouvé qu’il y avait un lien entre le rayonnement solaire et le mélanome de l’œil et le lymphome non hodgkinien.[1] Les rayons ultraviolets d’origine solaire sont la cause la plus importante du cancer de la peau, et le cancer de la peau est le cancer le plus commun du monde.

Règlements et directives

Aucune limite d’exposition professionnelle spécifique au rayonnement solaire n’a été établie au Canada.[6] En général, les limites d’exposition professionnelle aux rayons ultraviolets concernent les sources artificielles, bien que ces limites puissent être dépassées facilement par l’exposition au rayonnement solaire de l’extérieur pendant le printemps ou l’été.[5]

En ce qui concerne l’exposition aux rayons ultraviolets artificiels, beaucoup de juridictions canadiennes respectent les valeurs limites d’expositions aux rayons ultraviolets (VLE) établies par l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH).[7] Le tableau ci-dessous indique les valeurs limites de l’exposition de l’ACGIH concernant les rayons ultraviolets avec des longueurs d’onde dans l’air comprises entre 180 et 400 nanomètres. Si une personne adulte à la peau claire normalement sensible est exposée à un rayonnement inférieur à ces valeurs limites, elle ne présentera sans doute pas d’effets aigus, tels que l’érythème «coup de soleil» ou la photokératite «la brûlure par flash électrique ou l’ophtalmie des neiges».[8] Cependant, presque toutes les provinces et territoires excluent le rayonnement solaire des limites d’exposition professionnelle aux rayons ultraviolets «sauf la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador, où les règlements de la santé et sécurité au travail n’excluent pas explicitement les rayons ultraviolets d’origine solaire des limites d’exposition aux rayons ultraviolets».

J/M= JOULES PER SQUARE METRE

Afin de contrôler l’exposition professionnelle aux rayons ultraviolets d’origine solaire, il existe plusieurs méthodes telles que les mesures administratives, les mesures techniques et l’équipement de protection individuelle (EPI).[8,9] Les mesures administratives comprennent l’établissement du calendrier, les programmes d’éducation, l’accès restreint et les panneaux d’avertissement.[9] Les endroits ombragés et les auvents font partie des mesures techniques pouvant être appliqués en milieu de travail.[9] Les vêtements, l’écran solaire et les lunettes de soleil font partie de l’EPI recommandé pour s’abriter du rayonnement solaire. En général, les mesures techniques sont préférables aux mesures administratives ou à l’EPI, cependant en certains cas l’EPI est l’unique option réalisable.[4]

Exposition environmentale

Les niveaux de rayons ultraviolets sont plus élevés dans les latitudes situées près de l’équateur. Dans les latitudes élevées, les niveaux de rayons ultraviolets maximum sont enregistrés pendant l’été lorsque le soleil est au plus haut «midi solaire».[10]

Les plus hautes altitudes ont une plus faible densité de l’air permettant d’absorber les rayons ultraviolets d’origine solaire; dans les régions montagneuses le niveau des rayons ultraviolets peut augmenter de 10 à 12 p. cent par élévation de 1000 mètres.[10]

En 1992, Environnement Canada a établi un indice UV[11] visant à informer les Canadiens de la force des rayons ultraviolets d’origine solaire. L’échelle de l’indice UV classe l’intensité des rayons ultraviolets de 0 à 11+ (bas à extrême). Les niveaux 11+ sont rares au Canada, mais l’indice UV peut atteindre 14 ou 15 dans les régions tropicales.[12,13] Les prévisions des niveaux de rayons ultraviolets sont accompagnées de recommandations correspondantes concernant les mesures de protection solaire.

Le sud des Prairies est l’endroit le plus ensoleillé du Canada, avec environ 2 400 heures de soleil par an.[14] Au contraire, St. John’s (Terre-Neuve), est la ville du Canada ayant le moins de soleil, avec une moyenne d’environ 1 512 heures par an.[14]

Exposition professionnelle

L’exposition au rayonnement solaire peut être dermale ou oculaire.

CAREX Canada estime qu’environ 1,5 million de Canadiens sont probablement exposés aux rayons ultraviolets d’origine solaire dans leur milieu de travail.

Tous les travailleurs exerçant leur métier à l’extérieur peuvent éventuellement être exposés au rayonnement solaire.[12] Les groupes industriels les plus importants pouvant être exposés comprennent le secteur de la construction, suivi du secteur agricole et des services aux bâtiments et maisons. Les plus grands groupes professionnels exposés au rayonnement solaire sont les agriculteurs, les gestionnaires d’exploitation agricoles, les assistants des métiers de la construction et les travailleurs de l’aménagement paysager et de l’entretien paysagiste.

D’autres catégories d’emploi pouvant également être exposés comprennent : les ouvriers forestiers, les pêcheurs, les mineurs des mines à ciel ouvert, les ouvriers de la construction et l’entretien des routes, les athlètes, les ouvriers de l’entretien, les ouvriers de pipeline, le personnel militaire et policier, les moniteurs de ski, les maîtres-nageurs, les travailleurs du pétrole, les facteurs, les géomètres, les marins et les travailleurs des voies ferrées.[5,12] Les gens qui travaillent à l’intérieur ne reçoivent que 10 à 20 p. cent de l’exposition annuelle que reçoivent les gens qui travaillent à l’extérieur.[10]

Pour plus d’information, voir l’onglet expositions professionnelles (en anglais uniquement).

Abonnez-vous à nos bulletins

L’équipe CAREX Canada offre deux bulletins réguliers: le Bulletin électronique semestriel résumant les informations sur nos prochains webinaires, les nouvelles publications et mises à jour des estimations et des outils; et le Bulletin des actualités cancérogènes, un condensé mensuel des articles de presse, des rapports gouvernementaux, et de la littérature académique relative aux substances cancérigènes que nous avons classé comme important pour la surveillance au Canada. Inscrivez-vous à un de ces bulletins, ou les deux, ci-dessous.

CAREX Canada

Faculty of Health Sciences

Simon Fraser University
Harbour Centre Campus
2602 – 515 rue Hastings Ouest
Vancouver, C.-B. V6B 5K3
CANADA

© 2019 CAREX Canada